Silhouette : pomme ou poire ?

07/10/2020
Silhouette : pomme ou poire ?
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, average: 3,33 out of 5)

Silhouette : pomme ou poire ?

 

Regardez bien l’image suivante :

Ces deux femmes font le même poids.

La différence est que :

  • celle de gauche a grossi dans le ventre ;
  • celle de droite a grossi au niveau des hanches et des cuisses.

C’est le type de choix que nous n’avons, hélas, pas la chance de pouvoir faire.

Nous ne décidons pas.

En effet, chaque personne naît avec des cellules « adipeuses » (graisseuses) différentes, selon son patrimoine génétique.

Les hommes ont plus tendance à grossir en forme de pomme, mais c’est courant chez les femmes aussi :

Du point de vue de la santé, cela fait une différence énorme.

Selon une nouvelle méta-analyse de la littérature scientifique sur le sujet, chaque augmentation de 10 cm du tour de taille augmente le risque de mortalité de 11 %, toutes causes confondues[1].

Les personnes en forme de pomme, qui ont donc une « bouée » au niveau du ventre, ont plus de risque de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires[2].

Pour la graisse dans les cuisses, c’est le contraire !

Aussi étonnant que cela puisse paraître, chaque augmentation de 5 cm du tour de cuisse a été associé à une baisse de 18 % du risque de décès pendant la période de suivi.

En effet, ce n’est pas la même graisse :

– Dans le ventre, on parle de « graisse viscérale ». Les viscères sont les organes contenus dans le ventre, ou plus précisément le tronc : estomac, foie, intestin, poumons, coeur, rein, rate.

– Dans les fesses et les cuisses, c’est de la simple graisse sous-cutanée (sous la peau), qui influence moins le fonctionnement du reste de l’organisme.

Les 3 malédictions de la graisse viscérale : diabète, maladie cardiaque, inflammation

La graisse viscérale a trois « malédictions ».

La première est qu’elle est plus résistante à l’insuline : il faut plus d’insuline pour que les cellules qui contiennent cette graisse « acceptent » de la relâcher pour la transformer en glucose, et ainsi rejoindre le sang et se faire brûler par les muscles. Cette graisse est donc plus difficile à perdre. C’est un facteur de risque de diabète de type 2.

En revanche, ces cellules graisseuses (adipeuses, dit-on en langage médical) libèrent plus de triglycérides sanguins, des corps gras associés à un risque accru de maladie cardiaque.

Cette graisse viscérale peut en outre provoquer une inflammation[3].

Cela augmente encore le risque cardiaque et le risque de maladies métaboliques.

Le gène LRP5 est en cause

De vastes études génétiques ont identifié plus de 400 minuscules différences génétiques qui expliquent la distribution de la graisse corporelle. C’est donc un problème extrêmement complexe.

En revanche, il existe une mutation courante, sur le gène LRP5, qui entraîne une accumulation de graisse au niveau de l’abdomen et moins dans le bas du corps [4].

Si vous êtes concerné, cela signifie que vous n’obtiendrez pas les mêmes résultats que les autres. A efforts égaux, du point du vue du mode de vie, du sport, de l’alimentation, des compléments alimentaires, vous aurez malheureusement plus de graisse au niveau de la taille.

C’est bien sûr désolant, mais c’est aussi rassurant pour les personnes qui désespèrent un peu. Non, ce n’est pas votre « faute ». Oui, c’est plus dur pour vous. Mais savoir cela peut vous aider à être moins sévère avec vous-même, à ne pas trop vous poser de questions sur ce que vous avez fait de « mal ».

Les personnes qui s’en sortent mieux que vous ne sont pas plus méritantes, ni intelligentes ou avisées. Elles ont eu plus de chance, de même que dans tant de domaines de la vie nous sommes inégaux.

La plus grande inégalité devant le poids

La plus grande inégalité d’entre toutes, d’ailleurs, n’est-elle pas d’être né à l’époque qui est la nôtre ??

Mais oui, il faut bien reconnaître que les gens autrefois n’avaient pas autant de problème de poids, donc de diabète, maladies cardiovasculaires, cancer… Parce qu’ils vivaient à l’air libre, que la plupart pratiquaient des travaux manuels très éprouvants, parce qu’ils devaient marcher, ou chevaucher, pour se déplacer, parce que les maisons étaient mal isolées et leurs vêtements de moins bonne qualité, leurs dépenses énergétiques étaient bien plus élevées que les nôtres. Par ailleurs, le sucre, les sucres, étaient bien moins courants, et ils n’avaient pas tellement d’autre choix que de manger du chou, des navets, des haricots, des lentilles, des châtaignes… toute l’année. Imaginez comme il était facile de maigrir dans ces conditions.

Pas ou peu de viande : un bout de lard, le dimanche, dans la soupe. Les jours de fête un morceau de lapin ou une perdrix. Pas de boissons sucrées mais l’eau du puits, qu’il fallait puiser en tirant sur une lourde chaîne. Alors oui, cette vie dure qu’ils menaient avait un avantage, c’est qu’ils risquaient bien moins de grossir.

Faut-il pour autant être jaloux de nos ancêtres ? Ils avaient bien d’autres problèmes : les famines, les épidémies de maladies vraiment mortelles pour les gens bien portants, la mortalité infantile (un enfant sur deux atteignait l’âge de cinq ans en 1820), les décès en couche (un accouchement sur douze aboutissait au décès de la mère…) et j’en passe.

Remarquez d’ailleurs que rien ni personne ne nous empêche de vivre comme autrefois : élever un mouton pour faire de la laine et tisser soi-même ses vêtements… Mettre du carton aux fenêtres, plutôt que du double-vitrage, et stopper le chauffage ; se laver à l’eau froide ; supprimer notre voiture ou le train pour tout faire à pied ou en vélo. Manger comme les Français d’autrefois des soupes de légume et du pain dur…

Rien ne l’interdit.

Mais il y a si peu de candidats !

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, average: 3,33 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Hypercholestérolémie familiale : aucun argument scientifique contre les graisses

16/07/2020

Hypercholestérolémie familiale : aucun argument scientifique contre les graisses Cela fait si longtemps que nous dénonçons, dans c...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (6 votes, average: 4,83 out of 5)
arrow Lire l’article

Le cactus d’Amérique du Sud contre l’hypertension, le diabète et les rhumatismes

07/02/2020

Un trésor de la médecine amérindienne   Il existe un cactus très spécial, qui porte des sortes de feuilles, et qui est utilis...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (8 votes, average: 3,38 out of 5)
arrow Lire l’article

Diabète : prendre de la vitamine C et du magnésium

29/11/2019

Diabète : prendre de la vitamine C et du magnésium   Une bonne raison de faire attention à ce qu’on mange, c’est d’éviter le ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (14 votes, average: 3,29 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Silhouette : pomme ou poire ?''
guest
3 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Annie Barré
Annie Barré
12 jours plus tôt

Bonjour, j’ai lu avec attention votre article. Etant de forme pomme, c’est bien de savoir que si je n’arrive pas à perdre du poids ce n’est pas ma faute, mais dans ce cas, comment faire ? J’ai 54 ans, je me suis toujours bagarrée avec mon poids, et pour l’heure, c’est lui qui a gagné, je suis en surpoids et je ne sais pas quoi faire.
Annie

Dany
Dany
12 jours plus tôt

Excellent ! le confort est la mère de toutes les paresses et pourtant nos sociétés surbookées ne jurent que par lui ! Cherchez le défaut :o)

alexia
alexia
12 jours plus tôt

c’est très désolant, que peux t on faire contre le gène LRP5, effectivement j’ai ce pb.merci de votre réponse, (vous en connaissez surement ?)

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda