Les disparues de Cleveland à l’hôpital

13/05/2013
Les disparues de Cleveland à l’hôpital
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Les captives de Cleveland, ces trois jeunes femmes disparues il y a dix ans aux Etats-Unis, et libérées cette semaine des griffes de leur ravisseur, n’étaient pas plus tôt libres qu’elles étaient internées dans une unité de soins d’urgence.

Les émouvantes photos publiées dans la presse les montrent donc sur des lits d’hôpital, avec le bracelet des malades, et toutes sortes de tubes, perfusions et appareils d’oxygénation à portée de la main.

Elles n’étaient pourtant pas malades. Les médecins étaient d’accord pour dire qu’elles allaient bien. Ce qui ne les a pas empêché de vouloir les garder pour leur faire des « examens supplémentaires ». (1)

Des examens supplémentaires ??

De quoi peut-il s’agir exactement ?

Les mesurer, les peser ? Inutile alors de les hospitaliser.

Leur faire une prise de sang pour contrôler qu’elles ne souffraient pas de carences alimentaires, ou qu’elles n’avaient pas de produits toxiques (drogues) dans le corps ? Des radios pour contrôler qu’elles n’avaient rien de cassé ? Pas besoin non plus de les hospitaliser. Et de toutes façons, de tels examens ne se font que si des observations cliniques, c’est-à-dire sans appareil, révèlent des signes inquiétants, ce qui n’était pas le cas puisqu’elles ne se plaignaient de rien et que les médecins les avaient jugées en bonne santé.

En réalité, la raison pour laquelle ces femmes ont été emmenées à l’hôpital est, c’est triste à dire, qu’il n’existe plus aucun endroit dans nos sociétés modernes pour accueillir et réintégrer les personnes à qui il est arrivé des expériences extraordinaires et douloureuses comme celle-là.

Chez les Romains, ces personnes auraient été portées en triomphe dans les rues, puis se seraient rendues dans un temple pour offrir des sacrifices aux dieux. Dans une tribu africaine, toute la communauté se serait réunie autour d’elles et aurait chanté et dansé plusieurs jours et plusieurs nuits. Dans la société chrétienne, une procession, suivie d’une grande messe d’action de grâce aurait manifesté la joie publique. Les victimes seraient ensuite partie en pèlerinage.

Mais aujourd’hui, on sait plus quoi faire, alors on se tourne… vers la médecine, qui fait office de nouvelle religion.

Être triste n’est pas être malade

Beaucoup de personnes se rendent chez le médecin lors d’un deuil. Celui-ci les écoute, leur dit quelques paroles réconfortantes, ce qui est très bien. Malheureusement, certains médecins donnent aux personnes souffrant de tristesse des somnifères ou des antidépresseurs, ce qui est dangereux.

Car être triste, voire désespéré, n’est pas un signe de maladie. Ce n’est pas être anormal que de souffrir horriblement d’avoir perdu un être cher, ou de connaître un grand malheur. Au contraire, c’est ainsi que l’être humain est fait. Ce sont les psychopathes qui n’ont pas de sentiments.

Les médicaments qui agissent sur les émotions (anxiolytiques) doivent être manipulés avec la plus grande prudence, et ne doivent être utilisés qu’en cas de maladie mentale avérée. Car ils peuvent déclencher de vrais troubles du sommeil, une véritable dépression, ou donner des envies suicidaires. Il faut donc autant que possible les éviter.

Médecin du corps… et de l’âme

Ceci étant dit, il existe une position inverse, de plus en plus courante chez les médecins, de considérer que leur rôle est de traiter uniquement des maladies, et qu’ils ne sont pas là pour jouer les « assistantes sociales » ou pour écouter les patients leur « raconter leurs misères ».

C’est une évolution très regrettable, car la médecine n’a jamais été, et ne sera jamais, une simple science pratique. L’être humain n’est pas un ensemble de tuyauteries, une mécanique qui se répare comme on répare une voiture. De nombreuses études scientifiques ont prouvé que l’attitude du médecin, son empathie, c’est-à-dire sa capacité à montrer à son malade qu’il le comprend et qu’il est sensible à sa souffrance, avaient un effet déterminant sur les chances de guérison.

L’affaire des disparues de Cleveland a montré une nouvelle fois que notre société a d’immenses attentes vis-à-vis de sa médecine et des médecins. Mais c’est bien sûr d’une médecine humaine, attentive aux gens, qu’elle a besoin. C’est de cela qu’elle manque le plus.

Les centaines de milliards que nous dépensons pour financer la fuite en avant vers une médecine de plus en plus technique et technologique n’apporteront pas le soulagement escompté. Ce dont nous avons besoin, ce sont des médecins qui comprennent et écoutent les malades, et les aident, dans le respect de leur personne, à retrouver la bonne santé qui est naturelle à l’être humain.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

Source :

(1) http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/photo/20130507.OBS8373/en-images-les-captives-de-cleveland-retrouvent-la-liberte.html

 

Découvrez les articles qui concernent ...

Alcoolisme : enfin le baclofène arrive !

05/06/2020

Alcoolisme : enfin le baclofène arrive ! Le 15 juin 2020 commencera ENFIN la commercialisation officielle du médicament Baclocur (...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
arrow Lire l’article

Match France-Allemagne : le carnage

02/06/2020

Match France-Allemagne : le carnage Il y a quelques semaines, je vous alertais sur le fait que l’Allemagne, une fois de plus, étai...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (14 votes, average: 3,79 out of 5)
arrow Lire l’article

Trois informations bizarres ou désolantes

30/05/2020

Voici trois informations bizarres ou étonnantes relevées dans la presse : Information bizarre n°1 : L’Agence France-Presse (AFP) s...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4 votes, average: 2,00 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Les disparues de Cleveland à l’hôpital''

43
Poster un Commentaire

avatar
42 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
41 Comment authors
diane S.Christiane PChristian G.Xavier M.Jacquie P. Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
diane S.
Invité
diane S.

Bonjour, je suis en total accord avec la position nuancée de l’e-mail précédent : les progrès de la médecine sauvent bien des vies, on ne saurait le contester. Il existe, bien sûr, des médecins trop portés à prescrire des médicaments et trop peu à écouter leurs patients. J’en ai fait l’expérience. Aujourd’hui, j’ai enfin trouvé un cabinet médical où les deux médecins possèdent cette remarquable qualité humaine : la vraie compassion pour l’autre, qui n’est ni paternaliste ni intrusive, mais vrai désir d’aider l’autre. J’ai pu, grâce à eux, me passer de médicaments et adopter une qualité de vie, me… Lire la suite »

Christiane P
Invité
Christiane P

Bonjour. Votre article suscite chez moi deux réactions « opposées » et complémentaires. Je précise que je ne suis pas du tout une adepte de l’hospitalisation à tout va, et surtout pas pour des examens souvent inutiles et douloureux. Cependant, il me semble quedans le cas évoqué des jeunes femmes de Cleveland, si tout ce qui a été relaté de ce qu’elles ont subi, ces examens n’étaient pas inutiles. Par contre, ce qui me dérange quelque peu, c’est le systématisme dans des cas semblables. Je fais référence par exemple aux otages libérés et qui sont d’office hospitalisés ( tout en sachant qu’il… Lire la suite »

Christian G.
Invité
Christian G.

Bien évidemment, je suis d’accord avec vous Docteur quant au contenu de cette livraison. Mais je suis étonné de cette phrase : « Mais aujourd’hui, on sait plus quoi faire, alors on se tourne… vers la médecine, qui fait office de nouvelle religion. » En effet regardez ce qui ce passer au siècle dernier : on ne pouvait pas naître sans le prêtre, on ne pouvait pas aller à l’école sans le prêtre, on ne pouvait pas se marier sans le prêtre, on ne pouvait pas travailler sans le prêtre, on ne pouvait pas mourir sans le prêtre ! Et… Lire la suite »

Xavier M.
Invité
Xavier M.

Tout à fait d’accord avec cette analyse.
C’est la personne entière qui doit être prise en considération.
Du fait de sa sensibilité (nous sommes des être sensibles : car capables de ressentir, contrairement aux machines), elle a certainement des émotions à faire sortir d’elle-même, surtout dans ce contexte difficile après avoir vécu une situation où elle était entièrement impliquée voire maltraitée.
De ce fait, la prise en charge de cet aspect peut très bien être de l’ordre de thérapies alternatives non-médicamenteuses comme par exemple la sophrologie, qui a largement fait ses preuves depuis plus de 60 ans maintenant.

Jacquie P.
Invité
Jacquie P.

Je lis toujours avec beaucoup d’intérêt les articles de santé naturelle que je reçois et je vous en remercie, comme celui-ci qui concerne un sujet d’actualité: les disparues de Cleveland. En effet il n’est pas toujours facile de se faire une opinion quand on n’a aucune base médicale, mais vos articles viennent combler cette lacune et sont plein de bon sens.

Yvette c
Invité
Yvette c

Moi je trouve très normal que l’on ait conduit immédiatement ces jeunes femmes a l’hôpital . après dix années d’enfermement, de maltraitance, de violence, de terreur et de malnutrition, c’était plus que normal. en tous cas plus normal que les beaux discours de psychologues, de pseudo-naturistes, etc. Le contraire aurait été révoltant.

Connaissez-vous vraiment ce nouveau danger qui nous menace ?

Certaines réponses sont capitales pour renforcer votre immunité et rester en bonne santé.

QUIZ : Coronavirus

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous