Le singe qui venait de la mer

22/07/2020
Le singe qui venait de la mer
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, average: 4,33 out of 5)
Partagez cet article sur :

Le singe qui venait de la mer

En 1960, le biologiste Alister Hardy, spécialiste de la vie marine, suggéra que l’être humain moderne, l’homo sapiens, ne venait pas des arbres, ni de la savane mais plutôt… des plages.

Ce serait la raison pour laquelle l’homme a :

  • une peau nue, lui permettant de glisser exceptionnellement bien sous l’eau (par rapport aux singes velus), et de sécher beaucoup plus vite après un bain ;

  • des orteils très courts, donnant pratiquement à nos pieds l’aspect de palmes ;

  • des poils implantés dans le sens qui favorise la natation ;

  • une couche de graisse hypodermique (sous la peau) lui offrant une isolation dans l’eau froide, lui permettant d’y rester longtemps pour nager, pêcher, plonger pour ramasser des coquillages ;

  • un cerveau et un système nerveux et artériel très gourmands en oméga-3, des acides gras que l’on trouve principalement dans les petits poissons et les coquillages ;

  • et surtout, surtout… une attraction spontanée, irrésistible, pour l’eau, la mer, les plages, que l’on constate encore à l’ère moderne où des foules innombrables s’infligent mille désagréments pour la satisfaction de se retrouver quelques semaines, jours ou heures… au bord de l’eau.

L’hypothèse du Singe Aquatique

Cette hypothèse sur l’origine de l’homme, fut baptisée “l’Hypothèse du Singe Aquatique”, et j’y pense chaque fois que je vois mes enfants :
  • crier de joie à l’idée de se baigner dans le moindre trou d’eau, y compris les torrents glacés de montagne ;

  • se laisser rouler, sans se lasser dans le vagues,

  • jouer dans le sable,

  • grimper, sauter, grimper, sauter, grimper, sauter, grimper, sauter, etc., des centaines de fois, sur un plongeoir.

Ce que l’homme moderne est prêt à subir pour aller à la mer

Pour aller à la mer, nous sommes prêts à endurer tous les tourments.


Cela commence par heures passées à faire des réservations, des bagages, puis des centaines de kilomètres d’embouteillages, les files aux péages, les stations-services encombrées…

Il faut ensuite marcher en claquettes sur des parkings brûlants, de lourds sacs à la main, chargés de maillots mouillés et de serviettes humides, quand ce n’est pas un parasol ou un bateau pneumatique sur la tête.

Nous nous entassons dans des campings, nous payons des locations hors de prix, dans des immeubles souvent hideux. Nous nous faisons souvent avoir dans des restaurants de plage médiocres mais très chers.

Nous acceptons la promiscuité, les odeurs de crème solaire, de frites ou de beignets, le bruit des transistors, la vue des corps d’inconnus, pas toujours sveltes, étalés à quelques centimètres de nous.

Nous affrontons la concurrence pour étaler nos serviettes, supportons le sable dans les sandwichs, les coups de soleil, la crainte de nous faire voler notre montre, téléphone ou nos clés de voiture pendant notre bain, ainsi que le risque de perdre ou de noyer un enfant.

Dans les cas les plus extrêmes, cela peut donner…. ceci :

l'Homme et la mer

Tout cela pour nous retrouver dans des endroits répondant à tous les critères de l’enfer, ressemblant parfois à l’hallucinante photo ci-dessus.

Et pourtant, et pourtant…

Et pourtant…

Et pourtant…

Il suffit de passer quelques jours par an à la plage, pour se sentir tellement mieux.

Notre moral remonte en flèche dès que nous voyons la mer et entendons le bruit des vagues.

Nos corps s’adaptent vite au soleil, prenant bientôt une belle couleur ambrée qui nous permet de nous exposer plus longuement sans craindre les brûlures.

Nos cheveux s’éclairent et prennent une belle teinte mordorée.

Les bains de mers nous régénèrent, le sel et l’iode nous redynamisent.

Nous comprenons pourquoi les stations balnéaires accueillaient avant tout les malades, les souffreteux, les tuberculeux, qui venaient se “refaire une santé” à l’époque où l’on faisait confiance aux éléments de la Nature pour guérir les corps, et les esprits.

Bref, vous l’avez compris, et aussi absurde que cela puisse paraître, je passerai moi aussi cet été du temps sur les plages, et je m’en réjouis au plus haut point, pour moi comme pour les personnes qui me sont chères !

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, average: 4,33 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Remise à plat

12/07/2022

Santé Nature Innovation devient La Lettre de Jean-Marc Dupuis Cela fait onze ans maintenant que je diffuse Santé Nature Innovation...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 4,50 out of 5)
arrow Lire l’article

Nouveau remède à l’obésité et au diabète : la transition écologique

08/06/2022

Nouveau remède à l’obésité et au diabète : la transition écologique   En 1950, il n’y avait pratiquement pas de gros en Franc...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (5 votes, average: 2,80 out of 5)
arrow Lire l’article

Dialogue de sourd

03/06/2022

Dialogue de sourd   J’essaye de me faire une opinion sur le cas de François Champart. Vous l’avez certainement lu dans la pre...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (7 votes, average: 3,71 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Le singe qui venait de la mer''
guest

9 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Patrick Pacton
Patrick Pacton
1 année plus tôt

cette hypothèse apparait séduisante car elle utilise des éléments de vérité qui permettent de la confirmer tout en mettant de côté les éléments qui la contrediraient. Je pense en particulier au fait que les ancêtres des humains avaient déjà des pieds, des jambes, des bras et des mains très semblables aux nôtres ce qui prouve que l’être humain d’aujourd’hui a gardé des éléments corporels si bien adaptés à la marche et à la préhension et si mal adaptés à la natation. De plus, l’énorme majorité des fossiles humains et pré-humains ont été retrouvés sous la terre ferme et non sous… Lire la suite »

Thomas Mikstacki
Thomas Mikstacki
2 années plus tôt

Hypothèse surprenante, mais elle parait si plausible et plaisante à la lumière de cet article… 😉

Last edited 2 années plus tôt by Thomas Mikstacki
Gérald Gingras
Gérald Gingras
2 années plus tôt

Pour étayer votre thèse rien de mieux que l’étude du foetus humain qui est pourvu de branchis pour supposément respirer dans l’atmosphère de l’épais brouillard de la Lémurie (Ère pré- Atlantéenne),selon Max Heindel, ”La Cosmogonie des Roses Croix”

emleen
emleen
2 années plus tôt

Le très grand Dr Michel Odent a écrit “le chimpanzé marin” à ce sujet.

Deladrière Monique
Deladrière Monique
2 années plus tôt

Je suis très intéressée par “Eliminez les toxines de votre cerveau” malheureusement, l’offre est limitée à la France et j’habite la Belgique…

Danielle Rand
Danielle Rand
2 années plus tôt

Et pourtant il y a encore une opposition à cette théorie, malgré toutes ces preuves. Un bébé peut naitre dans l’eau et ne pas se noyer. On voit également que les hommes préhistoriques se sont installés au long des cours d’eau.

Aussi l’homme dans la savane en face des lions et autres bêtes qui n’en auraient fait qu’une bouchée….

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous