Le problème de l’âge

01/12/2021
Le problème de l’âge
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 4,00 out of 5)

Le problème de l’âge

 

Quand j’étais jeune, il était normal d’être parent vers 25 ans, grand-parent vers 50 et, à 70 ans, d’être dans la tombe.

On s’émerveillait qu’une personne de 50 ans puisse encore faire du ski ou du vélo.

Une personne de 80 ans était considérée comme ancestrale.

En 50 ans, les choses ont totalement changé, et il n’est plus rare du tout de voir passer des cyclistes de 75 ans en maillot de lycra fluorescent, lunettes de soleil profilées, exhibant des mollets saillants et musclés comme ceux d’un culturiste bulgare.

Mais dans les esprits, les choses n’ont, bizarrement, pas évolué à la même vitesse.

Aujourd’hui encore, la société nous voit :

  • jeunes et fous à 20 ans,
  • matures à 30,
  • déjà vieillissant à 40,
  • bientôt inemployable, ou en tout cas difficile à “reconvertir” à 50 ans (ou même 45).

Pour les personnes de 60 ans et plus, n’en parlons pas. Elles sont considérées sur le plan professionnel et social comme usées, finies. On les relègue au placard, on ignore leurs avis. On ne les écoute plus, et on fait comme si leurs avis n’étaient que des rengaines archaïques et dépassées. On se détourne dès qu’elles cherchent à raconter un souvenir et on se moque de leurs « histoires d’anciens combattants »:

Tout cela alors qu’elles ont une expérience de la vie irremplaçable qui ne demande qu’à être valorisée.

A 60 ans, vous avez une expérience énorme et des dizaines d’années devant vous. Qu’allez-vous en faire ?

A 60 ans, vous avez une expérience énorme. Et vous avez encore des dizaines d’années de vie devant vous.

Qu’allez-vous en faire ?

Pourquoi ne pas décider de commencer une nouvelle carrière, une nouvelle vie ?

Je vous donne un chiffre :

Il faut 10 000 heures à une personne normale pour devenir experte dans un domaine qu’elle ignore complètement.

10 000 heures, cela représente 6 heures par jour pendant cinq ans.

Oui, cinq ans d’engagement.

Est-ce trop ? Est-ce impossible ?

Pour un jeune, qui commence ses études supérieures, cela paraît long.

Mais pour nous, qui avons déjà si longtemps vécu, nous savons que 5 ans est une période très courte, qui passe en un clin d’œil si l’on se consacre à un projet qui nous passionne.

Aucune bonne raison de ne pas avoir d’ambition à 60 ans

Il n’y a strictement aucune bonne raison, à 60 ans, de ne pas avoir d’ambition.

Rien ne vous empêche de commencer à apprendre, à partir de zéro, le chinois, le russe, la trompette ou la menuiserie.

Si vous travaillez six heures par jour, sérieusement, vous serez aussi bon dans cinq ans qu’un étudiant de 20 ans qui commencerait aujourd’hui.

En théorie, vous pourriez même devenir ingénieur, professeur, avocat ou médecin interne.

C’est dans la tête que ça se passe

J’entends d’ici les objections : “A mon âge, la mémoire flanche” ; “Chez les jeunes, ça entre comme dans du beurre…

Mais qui a dit ça.

Qui l’a décidé ??

Si des études montrent un temps de réaction plus long et moins de facilité de mémoire lorsqu’on vieillit, cela peut être largement compensé par l’expérience, les connaissances emmagasinées et une volonté plus forte.

Ainsi rien ne prouve qu’il soit plus difficile d’apprendre quand on est vieux.

L’équipe de Ana Ines Ansaldo, chercheuse en psychologie à l’Institut Universitaire de Gériatrie de Montréal (Canada), a étudié l’apprentissage d’une seconde langue chez les adultes. Les chercheurs ont demandé à un groupe de jeunes adultes et à un groupe de personnes de plus de 65 ans, d’apprendre 100 mots espagnols en trois semaines. A l’issue de cet entraînement, les personnes âgées ont obtenu des temps de réponse et des nombres de bonnes réponses comparables aux jeunes adultes, montrant que les deux groupes ont des performances d’apprentissage similaires.

Si nous avons l’impression que c’était plus facile dans notre jeunesse, c’est que nous avons oublié le mal que cela nous a demandé, étant petit, d’apprendre l’orthographe, les tables de multiplication, ou les déclinaisons.

Et de toutes façons, pour atteindre un objectif, rien n’est aussi important que la volonté, la détermination, la force morale.

C’est comme en alpinisme :

“A 70 ans, ils sont encore plein venin !”

C’est une réflexion de mon guide de haute montagne, avec qui j’escalade les cimes des Alpes.

Quand je lui ai demandé si ça ne l’embêtait pas d’emmener des clients trop vieux, il a éclaté de rire : “A 70 ans, je peux te dire que tous mes clients sont encore plein de venin !”.

Comme de vieux chênes noueux durcis par les années, ses vieux clients sont les plus durs, ceux qui résistent à toutes les épreuves, les fatigues, les souffrances.

Ils ont les nerfs. L’expérience. Le moral. Ils se connaissent, et ils n’ont plus peur. Son meilleur client, m’a-t-il dit, est une cliente, une femme de 65 ans qui fait plus de 60 ascensions par an et détient un niveau technique excellent grâce à on expérience.

Combien de retraités se mettent au bridge, aux mots-croisés, au sudoku, aux échecs, au scrabble, et deviennent imbattables en quelques années de pratique ? Cela ne démontre-t-il pas une capacité intacte à apprendre ??

De même, qui a dit que les dernières œuvres des grands écrivains, poètes, musiciens, philosophes, morts à un âge avancé, étaient moins valables que leurs œuvres de jeunesse ?

C’est souvent le contraire : l’âge et l’expérience sont un avantage pour apprendre et découvrir.

Indispensable aujourd’hui de reconsidérer le déroulement de notre vie, pour tenir compte de la longévité réelle

En 1945, quand fut créé le système de retraite “ par répartition”, le monde était encore fort différent d’aujourd’hui :

Vous commenciez à travailler à 12 ou 14 ans, vous preniez votre retraite à 60 ans.

Après 45 ans de labeur dans les champs, les usines, les mines, vous étiez totalement usé.

A 65 ans, vous faisiez vos adieux.

Ainsi, il n’était pas absurde de prélever un petit quelque chose sur le salaire des actifs, très nombreux, pour financer les pensions de retraite des vieux, qui ne duraient que quelques années.

Les choses ont bien changé aujourd’hui. Mais nous n’avons pas fait les ajustements nécessaires dans nos vies.

Les jeunes continuent à planifier leur existence comme si plus rien d’important ne pouvait se passer après 65 ans. La vie sociale est organisée pour que les vieux laissent la “place aux jeunes” à un âge beaucoup trop précoce.

Cela pose des problèmes catastrophiques, pas seulement pour le financement des retraites, mais aussi pour le sens de la vie des personnes âgées. Beaucoup sont privées de responsabilités importantes alors qu’elles ont une énorme expérience de la vie, et encore des dizaines d’années à vivre devant elles.

Les loisirs, les voyages, les clubs, et le soin des petits-enfants ne suffisent pas à combler leur vie. Elles risquent alors de tomber dans une vie routinière et déprimante, dans laquelle les pépins de santé prennent une importance démesurée.

En fin de carrière, commencer votre vraie vie

Mes vieux et fidèles lecteurs connaissent ma blague favorite :

La vie, c’est comme un immeuble qu’il faut gravir. A vingt ans, vous montez la première volée d’escaliers, puis la seconde, puis la troisième, puis la quatrième. A quarante, ou à cinquante ans, vous arrivez sur le toit, vous regardez autour de vous et là… vous vous apercevez que vous vous êtes trompé d’immeuble.

Cette impression ne doit pas vous donner l’impression d’avoir raté votre vie. Car pendant cette première escalade, vous avez acquis de l’expérience.

Maintenant que vous êtes en haut de l’immeuble, vous voyez les choses de haut, en perspective. Vous n’êtes plus le nez collé au pare-brise.

C’est donc le moment de vous asseoir, de réfléchir, et de commencer votre vraie vie.

De devenir, enfin, la personne que vous étiez vraiment.

En vous retroussant les manches, dans cinq ans, vous pourriez avoir appris un tout nouveau métier n’ayant strictement rien à voir avec ce que vous avez fait toute votre vie. Et vivre une seconde vie puis, pourquoi pas, une troisième et une quatrième.

Pourquoi se priver, maintenant que vous avez le truc ?

A votre santé,

Jean-Marc Dupuis

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 4,00 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Rester calme quand le monde devient fou

18/01/2022

Chère lectrice, cher lecteur, Je m’inquiète car, depuis plusieurs semaines, ma vue se trouble quand je lis des articles d’actualit...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4 votes, average: 2,75 out of 5)
arrow Lire l’article

Mes bons vœux pour l’année 2022

07/01/2022

Mes bons vœux pour l’année 2022 L’actualité ébouriffante, pour ne pas dire délirante, me pousse à partager avec vous des réf...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
arrow Lire l’article

Victoria’s secrets : Pour ou contre les mannequins obèses ?

06/12/2021

Victoria’s secrets : Pour ou contre les mannequins obèses ?   Vous le savez certainement, le monde de la mode est accusé de f...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (5 votes, average: 2,80 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Le problème de l’âge''
guest
11 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Hannes34
Hannes34
1 mois plus tôt

Bravo! Superbe! Je suis tout à fait d’accord. D’ailleurs à la retraite depuis 20 ans, j’ai commencé une nouvelle activité de représentant qui me permet de voir du pays, de rencontrer des gens sympas et d’avoir le plaisir d’entendre : « mais toi, tu es jeune! » Est-ce que l’on travaille parce que l’on est en bonne santé ? Non! La vérité c’est l’inverse. Merci Jean Marc!

Montreuil Alain
Montreuil Alain
1 mois plus tôt

Bonjour Marc ! Belle article mais si comme moi j’ai commencer a l’ages de 14 ans a travailler et je viens d’arrêter a 60 ans j’ai fait le métier de monteur en charpente métalliques et cela par tout les temps en extérieure j’ai énormément d soucis aux niveaux de l’arthrose a mes mains mes genoux mon dos et j’en passe ! Alors pour ma part je dit place aux jeunes ! Quand a votre article sur les remèdes je trouve très chère vos complément ! Se n’ai pas avec ma petite pension que je saurais me permettre de faire cette… Lire la suite »

Jack Michel
Jack Michel
1 mois plus tôt

Si l’âge de la retraite passe à 65ans ou plus, à votre avis vivrons nous plus longtemps en bonne santé ?

Maryse
Maryse
1 mois plus tôt

Puis-je apporter mon témoignage…j’ai étudié sérieusement la numérologie vers mes 60 ans et aujourd’hui à 83 ans « dans quelques jours » je suis plongée dans l’étude de la psychogénéalogie. Il faudrait réviser un peu les critères de la vieillesse.

Danièle
Danièle
1 mois plus tôt

Oui mais…. tout dépend du métier exercé avant la retraite, pour ma part ayant fini ma carrière professionnelle en étant pendant plus de 15 ans aide à domicile je peux vous affirmer que je suis très heureuse de profiter des années qui me restent, à 73 ans bientôt, à me reposer car le corps a beaucoup pâti…. à chacun son vécu

Nicou
Nicou
1 mois plus tôt

Super article véritable porte ouverte vers une autre vision du encore VIVANT Bravo JEAN MARC GNICOUN

Êtes-vous air, feu ou terre ?

Découvrez quel est votre profil ayurvédique !

Test Ayurvéda

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous