Beta-bloquants : attention, danger !

01/09/2017
Beta-bloquants : attention, danger !
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (217 votes, average: 3,37 out of 5)

Ce qu’on ne vous dit pas sur les beta-bloquants

Les bêta-bloquants sont des médicaments contre l’hypertension.

Vous avalez un médicament et, boum, sans aucun autre effort, votre pression artérielle diminue.

Miracle ?

Pas du tout.

Pourquoi personne n’explique ceci ??

Personne n’explique jamais avec des mots simples comment marchent les médicaments.

Pourquoi ?

Parce que tout le monde a intérêt à entretenir le flou. Cela permet de maintenir le public dans l’illusion que les médicaments sont des sortes de pilules magiques.

On justifie à la fois :

  • le prix des consultations,
  • les délais pour consulter (qui s’allongent constamment) pour obtenir la sacro-sainte « ordonnance », sésame indispensable pour mettre la main en pharmacie sur la pilule magique ;
  • et surtout le coût des médicaments, toujours supérieur 100, 1000 ou 10 000 fois à leur coût de fabrication.

Permettez-moi donc de vous expliquer en quelques mots comment marchent les bêta-bloquants. Cela n’est pas si technique que ça et, une fois que vous aurez lu, tout vous paraîtra clair comme de l’eau de roche.

Mais venons-en au fait :

Courte histoire des bêta-bloquants

Vous savez ce qu’est l’adrénaline. C’est cette substance que votre corps produit en cas de peur, de stress, d’excitation. « Bourré d’adrénaline », vous éprouvez une euphorie, une énergie, vous partez à l’assaut des sommets la fleur au fusil.

Mais physiquement, que se passe-t-il ?

Votre cœur bat dans votre poitrine et dans vos tempes. Votre respiration s’accélère. Vous transpirez, vous tremblez, même. Votre pression sanguine monte.

Tout cela s’explique très simplement. Les cellules du cœur, des artères et des poumons, sont tapissées de récepteurs d’adrénaline.

Les scientifiques l’ont constaté dès le 19e siècle, à l’aide de microscopes très primitifs.

L’adrénaline est fabriquée par des glandes se trouvant sur les reins (d’où le non ad-rénal-ine), lorsque vous détectez dans votre environnement une raison de stresser. Elle passe dans votre sang et se fixe sur tous ces récepteurs : dans le cœur, les artères, les bronches.

Les cellules, alors, absorbent de l’oxygène et se contractent. C’est pourquoi la pression sanguine monte, le rythme cardiaque et la respiration s’accélèrent. Vous sentez votre cœur qui bat dans votre poitrine, c’est l’excitation, vous brûlez plus de calories, votre niveau d’énergie bondit.

Une fois cette découverte effectuée, il ne fallait pas être prix Nobel pour imaginer que, si on découvrait un poison capable d’empêcher ces récepteurs d’adrénaline de fonctionner, le cœur, les artères, les bronches deviendraient indifférentes à la montée d’adrénaline dans le sang.

Quelle que soit la quantité d’adrénaline produite par les reins (ou plus précisément, les glandes surrénales fixées sur les reins), l’individu resterait calme, le cœur n’accélérerait pas, ni sa respiration.

Mieux, dans le cas d’une personne hypertendue, surexcitée, il suffirait de lui donner ce produit bloquant ces récepteurs à adrénaline, pour voir baisser sa pression sanguine, ralentir son rythme cardiaque, et diminuer son niveau de stress – comme par miracle.

Oui, évidemment, me direz-vous. Mais il ne fallait pas être un génie non plus pour deviner que, en bloquant les récepteurs d’adrénaline, on déclencherait toute une série d’effets nocifs plus ou moins catastrophiques.

Le corps humain, en effet, est une machine compliquée mais plutôt bien faite. Si ces récepteurs à adrénaline existent, il doit bien y a avoir une raison. Et commencer à perturber ces subtiles équilibres est téméraire.

Mais les chercheurs se sont dit « on verra plus tard pour les éventuels effets indésirables ». « D’abord, trouvons ce produit bloquant les récepteurs. »

La tâche n’était pas très compliquée. En 1948, le célèbre chercheur Raymond P. Ahlquist avait découvert qu’il y avait deux catégories de récepteur à adrénaline, les récepteurs alpha et les récepteurs bêta.

Ces récepteurs furent mis dans des éprouvettes et des chimistes versèrent dessus toutes les teintures, peintures, dérivés du pétrole possibles et imaginables, jusqu’à ce que l’un d’entre eux parvienne à les désactiver.

La tâche fut entreprise dans les installations de la multinationale chimique Imperial Chemical Industries (ICI) près de la ville industrielle de Manchester. Après quinze ans, il s’en trouva deux, le propanolol et le pronethalol, toutes deux dérivées du pétrole, à faire cet effet sur les récepteurs bêta.

Les « bêta-bloquants » étaient nés.

Sans bien sûr s’embarrasser d’expliquer aucun de ces détails aux cardiaques, hypertendus et angoissés qui venaient les consulter, les cardiologues se mirent à distribuer les « bêta-bloquants » à grande échelle.

Ce fut une catastrophe immédiate pour le pronéthanol. On s’aperçut rapidement qu’il provoquait le cancer du thymus (une glande en haut de la poitrine).

Le propanolol provoquait lui aussi toutes sortes d’effets secondaires mais il faut maintenu sur le marché et connut un succès commercial gigantesque. Quand le brevet expira, toutes les firmes pharmaceutiques rivalisèrent pour faire breveter une nouvelle version de la même molécule, très légèrement modifiée pour justifier une nouvelle formule, donc un nouveau nom et un nouveau prix, mais sans aucun bienfait supplémentaire pour les patients.

Le chimiste qui découvrit le propanolol et le pronéthanol, James Black, fut bien sûr récompensé du prix Nobel de Médecine en 1988, pour ses bons et loyaux services rendus à l’industrie pharmaceutique, dont il avait boosté les ventes de façon prodigieuse.

Aujourd’hui, les bêta-bloquants restent un des médicaments les plus largement prescrits. On les prescrit pour l’hypertension, mais aussi pour réguler le rythme cardiaque (arythmie), contre les douleurs cardiaques (angor) mais même contre le stress, les angoisses, le glaucome (problème d’yeux).

Le public continue à supposer que, puisque ces médicaments sont autorisés, et distribués, c’est qu’ils sont d’une façon ou d’une autre « sûrs », voire même « bons pour la santé ».

Malheureusement, après des décennies d’omerta, la vérité (qui était pourtant évidente dès le départ), émerge tranquillement. Et elle est effrayante.

On s’aperçoit que les bêta-bloquants sont beaucoup trop prescrits. Certes, des études ont montré de façon nette qu’ils sont utiles pour éviter les accidents cardiaques lors des opérations chirurgicales cardiovasculaires.

Le problème est que, sur la base d’études scientifiques biaisées, ils sont aussi utilisés en Europe lors de toute opération chirurgicale, même lorsqu’elles ne concernent pas le cœur ni les artères.

Or, dans ce cas là, les bêta-bloquants augmentent de 27 % le risque de décès pendant ou après l’opération.

27 % est un nombre colossal, vue les dizaines de millions d’opérations non-cardiaques qui ont lieu tous les ans.

Cela représente 800 000 morts en Europe sur les 5 dernière années.

Des chercheurs ont eu l’audace de l’écrire dans le European Heart Journal :

« L’été dernier, des chercheurs britanniques ont provoqué de l’inquiétude lorsqu’ils ont publié un article soulevant la possibilité que, en suivant les indications officielles, les médecins britanniques pourraient avoir causé 10 000 morts par an », écrivait Larry Husten, directeur éditorial du plus grand site d’information santé professionnel des Etats-Unis (WebMD professional news).

« Aujourd’hui, ils sont allés un pas plus loin et ont publié une estimation selon laquelle ces mêmes indications auraient conduit à la mort de 800 000 personnes en Europe sur les 5 dernières années… »

Ces 800 000 morts sont comparables en nombre aux pires cas de génocide et de meurtre de masse dans l’histoire récente. »

Puis, « bizarrement », l’article a été retiré du site Internet. Un silence de plomb s’est abattu.

Et tout continue comme avant.

Les petits changements font de grands effets

Si vous avez des problèmes de cœur, d’artère, si vous avez déjà eu un accident cardiovasculaire, la chose la plus efficace est de faire de petites améliorations de votre mode de vie.

Recevez votre dossier offert

SUR LES SOLUTIONS
NATURELLES CONTRE
L’HYPERTENSION

via la lettre gratuite Santé Nature Innovation!

Une récente étude publiée dans le British Medical Journal observe que manger une simple pomme chaque jour pourrait aider à prévenir autant de décès cardiovasculaires chez les personnes de plus de 50 ans que la prise quotidienne d’un médicament anticholestérol (statines). [1]

Une autre étude avait montré précédemment que faire un peu de sport est aussi efficace contre le diabète et les médicaments cardiovasculaires, que les médicaments. [2]

J’insiste sur ces petits changements car l’expérience montre combien il est difficile de changer de vie complètement.

Une personne sur six diagnostiquée du cancer du poumon fume toujours 5 mois après leur diagnostic (si elles ne sont pas encore décédées). [3] La plupart des diabétiques de type 2 continuent à manger trop de sucre et à ne pas faire assez d’exercice.

Cette fois, je renonce donc à vous donner une longue liste de changements de mode de vie, optimisation alimentaires, stratégies nutritionnelles, complémentation, gestion du stress, types d’exercices physiques que vous pouvez faire pour améliorer votre santé.

Je préfère que vous retourniez dans mes lettres ou dans les publications auxquelles vous êtes abonné et que vous choisissiez une ou deux choses que vous ne faites pas encore (prendre de la simple vitamine D tous les jours, par exemple, ou des oméga-3, la base de la base), et que vous vous y teniez.

Devenez un as de la cardiologie en 20 secondes

Je vous ai décrit le fonctionnement des bêta-bloquants, pour vous montrer qu’il n’y avait aucun miracle dessous. Mais les autres médicaments utilisés en cardiologie fonctionnent selon la même logique : fibrates, anti-cholestérol (statines), anti-coagulants divers (warfarine, aspirine), sartans (antihypertenseurs)…

Tous ces médicaments sont des produits chimiques qui bloquent votre métabolisme normal, créant ainsi un effet jugé désirable dans votre état de santé actuel : baisse de la pression sanguine, ralentissement du cœur, liquéfaction du sang, baisse des lipides (graisses) dans le sang.

Mais ce n’est pas la même chose qu’une véritable guérison, ni même qu’une authentique amélioration de votre santé. Ces mêmes effets, chez un autre patient, pourraient au contraire être jugés fortement indésirables, voire dangereux : pour celui dont la tension est trop basse, le cœur trop faible, le sang trop liquide, ou qui manque de cholestérol (car le cholestérol est une molécule très précieuse, et pas un poison).

Tous ces médicaments provoquent des changements dans le corps qui vont contre la nature et l’équilibre normal de votre organisme. Cela casse des mécanismes d’auto-régulation. On vous dit : « c’est bon pour vous, dans votre cas », et sans doute est-ce vrai.

Mais cela n’empêche pas que vous deviez absolument comprendre ce qui se passe dans votre corps quand vous les prenez. C’est votre corps. Ces blocages, modifications, altérations, voire destructions irréversibles de certaines fonctions peuvent toujours avoir des conséquences, parfois graves, et ce sera à vous de les assumer le jour où cela se produit (même si vous faites un procès à votre médecin, ou au laboratoire, ce n’est pas ça qui vous guérira).

Si les patients les comprenaient bien, si on leur expliquait en toute transparence ces risques, nombreux sont ceux qui choisiraient les approches naturelles. Car les solutions naturelles s’attaquent réellement aux causes des maladies. Elles n’ont aucun effet secondaire indésirable, uniquement des effets secondaires désirables : baisse du risque diabète, baisse du risque de caillot, de phlébite, meilleure forme physique, meilleur moral, meilleure résistance aux maladies et au infections.

A votre santé !

JM Dupuis

Sources :

[1] http://www.bmj.com/content/347/bmj.f7267
[2] http://www.telegraph.co.uk/news/health/news/10515917/Exercise-just-as-good-as-drugs-in-war-on-major-disease.html
[3] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3342424/

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (217 votes, average: 3,37 out of 5)
Cliquez ici pour voir les commentaires
Découvrez les articles qui concernent ...

Faut-il prendre de l’aspirine contre les crises cardiaques ?

13/12/2019

Présente dans toutes les armoires à pharmacie, elle ne fait plus peur à personne   L’aspirine empêche le sang de coaguler. El...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (5 votes, average: 2,20 out of 5)
arrow Lire l’article

La maladie du cœur brisé

10/02/2019

Quand l’échec est si immense que le corps ne trouve d’autres moyens que de s’effondrer en tombant malade « Parfois, la douleur du ...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (23 votes, average: 3,78 out of 5)
arrow Lire l’article

La méthode finlandaise pour baisser de 60 % le risque d’AVC et d’Alzheimer

22/05/2018

Faites-vous plaisir en allant au sauna Chère lectrice, cher lecteur, Des chercheurs finlandais disent avoir démontré que les perso...

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (39 votes, average: 3,56 out of 5)
arrow Lire l’article
Commentaires sur l'article
''Beta-bloquants : attention, danger !''

88
Poster un Commentaire

avatar
56 Comment threads
32 Thread replies
7 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
79 Comment authors
PerrinMiaChristianBenGONCALVES Denise Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Perrin
Invité
Perrin

En ce qui concerne le docteur Keriven. Au mois de mars, je n’avais pas vraiment de la tension, mais elle se disait: Si ça tension n’augmente pas, je vais être obligé de regarder dans sa gorge et pour son rhume je ne peux rien faire, il risque de continuer à venir toutes les semaines. Quand elle à écouter mes poumons elle a vu que mon coeur battait normalement. Keriven pensait: c’est pas grave, je vais l’énerver pendant que je mesure sa tension en pressant son bras comme ça, je ne serais pas obligé de regarder dans sa gorge. Me faire… Lire la suite »

Mia
Invité
Mia

Je ne sais pas qui a écrit cet article mais ça ne vole pas haut.Surement pas un médecin.On sait que tous les médications ne sont pas forcément bon pour la santé mais comment faire quand on n’a de sérieux soucis de santé.On crève.y en n’a qui on que ça à foutre que de raconter ce genre de conneries . On vous a rien demandé et le jour ou vous tomberait malade vous vous rendrez compte que parfois nous n »‘avons pas le choix.NE pas lire cet article inintéressant ..
Le mieux est de consulter votre médecin

Christian
Invité
Christian

Completement ridicule j en prenais pas de medicaments avant j ai subit un infarctus.j aime mieux faire confiance aux médecins qu’ aux naturopates qui
font des allégations sans preuve scientifique. Ca deviend un mythe les medicament pas bon pour la santé.
Je que Cest un complement a la bonne nutrition et exercice tel que confirmé par les nutritionistes et specialiste.
C’est peut être le bio qui deviend mafieux….

Ben
Invité
Ben

Les Beta bloquants ne sont pas un danger; votre article en est un par contre. Tout le monde peut écrire sur internet, n’oubliez pas de prendre du recul sur tout ce qu’on peut y lire chers lecteurs. Et je vous en supplie pour votre santé, ne modifiez pas votre traitement sur ce genre d’article à trois références farfelues. Par ailleurs vous pouvez faire confiance à JEAN-MARC DUPUIS, Rédacteur en chef de La Lettre Santé Nature Innovation, (je n’ai pas réussi à trouver un moindre diplôme se rapprochant un tant soit peu du médical) ou aux quelques 6000 cardiologues ayant fait… Lire la suite »

GONCALVES Denise
Invité
GONCALVES Denise

Mon mari a subi une ablation de fibrillation auriculaire : 4 heures d’anesthésie, opération très éprouvante pour un résultat nul ! En fait à 72 ans et une antériorité de plusieurs années, il n’avait aucune chance mais on l’a poussé à le faire, ça rapporte ! Depuis il est sous béta bloquant, ce cardiologue prétend que c’est obligatoire de maintenir la fréquence cardiaque au dessous de 100 sous peine d’arrêt cardiaque. EST-CE VRAI, ou pas ? car il y a beaucoup d’effets indésirables et il aimerait bien se passer de ce médicament…

Mickaël
Invité
Mickaël

C’est un article certe intéressant pour certains cas de figures à la prescription abusive, mais sans ce « Poison » je serais déjà mort depuis 6 ans après une rupture oesophagiene suite à une cirrhose. Il faut faire la part des choses, évidemment, il n’y a rien d’agréables dans la prise de beta-bloquants et des potentiels effets secondaires, mais c’est un choix à faire : Survivre ou être une tête de mule qui préfère bouffer des pommed avant de mourir 3 jours après ? C’est pour ça que l’article est certe pertinent sur certains points, mais pas vraiment objectif. Pointer du doigts… Lire la suite »

Connaissez-vous vraiment ce nouveau danger qui nous menace ?

Certaines réponses sont capitales pour renforcer votre immunité et rester en bonne santé.

QUIZ : Coronavirus

Air, Terre ou Feu ?

Ayurvéda

: êtes-vous